« Si 1 + 1 = 3 | Accueil | La marge d’erreur »

12 sep 2007

Commentaires

D.J

Vous dites "le fascisme se caractérise par le mépris et le dénigrement des adversaires et de certains groupes sociaux. Sur ce point les campagnes menées par l'UDC sont inquiétantes".

Par mépris des adversaires et de certains groupes sociaux la gauche se gène pas de faire pareil contre ces adversaires politiques de droite et des groupes sociaux manager, patrons, capitalistes, etc...

A-t-on entendu Micheline Calmy-Rey être consternée à l'utilisation d'handicapés pour leur campagne de votation socialiste ?.

En Suisse il devient de plus en plus difficile de débattre sur les problèmes d'immigration.

D.J

CT

Merci pour votre réaction, j'aurais pu préciser que le dénigrement des adversaires et de certains groupes sociaux est systématique de la part de l'UDC. La gauche dérape peut-être, mais pas systématiquement. Surtout, elle s'en prend à des gens puissants, qui ont les moyens de riposter, et pas aux plus faibles, souvent démunis pour défendre leurs intérêts.
D'accord avec vous, il est difficile de débattre des problèmes d'immigration, d'avoir une réflexion sereine et responsable.
Personnellement, je crois que la Suisse peut se targuer d'une histoire à succès de l'immigration: en deux générations, l'intégration s'est réalisée (parfois dans la douleur si l'on songe au statut du saisonnier). On devrait donc se demander pourquoi ce qui a marché dans les années septante avec les Italiens ne réussit plus, ou moins bien aujourd'hui.

D.J

A CT,

sur plusieurs blogs j'ai tendance à me ranger du côté de l'UDC, non pas comme électeur de ce parti (mes votes vont au parti libéral), mais parce que ces jours-ci je trouve que l'on est tombé dans une hystérie iraisonnée à propos d'une affiche alors que le débat devrait se situer sur le contenu de l'initiative qui n'est pas raciste dû au fait qu'elle concerne les délinquants. Enfin bref...

Contrairement à ce que vous dites l'immigration fonctionne toujours en Suisse, il y a eu dans toute l'histoire des flux migratoires et il y en aura toujours seulement ça demande un minimum de gestion dans ce domaine.

Pour moi la Suisse "c'est bienvenu les immigrés".

D.J

Gil Oliveira

Bonsoir,

Je dois avouer que j'ai un peu de peine avec la comparaison entre mussolini et blocher: c'est un peu comme la reductio ad hitlerium. Ceci dit, j'ai travaille (jeune) comme consultant dans le prive et j'ai travaille dans l'humanitaire. Et, a partir de ces experiences, ce qui me gene dans le style personnel de blocher c'est l'application du fuhrerprinzip. Il semblerait qu'il confond les genres et que l'idee d'etre un homme d'etat lui soit etrangere. C'est tres etrange que le plus grand parti de suisse doive se presenter toujours en victime...

Bon, je n'ai pas la possibilite de developper plus maintenant.

Bien a vous

Gil

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Un blog de L'Hebdo

  • Hebdo

  • Sauf indication contraire explicite, les commentaires de nos intervenants peuvent être publiés dans le courrier des lecteurs de L'Hebdo.